La nature s’acclimate

ou l’évolution du climat et les impacts du changement climatique sur le patrimoine naturel.

Jeudi 7 avril 2011 de 10h à 12h30

La communauté scientifique internationale s’accorde à reconnaître que le changement climatique constituera l’un des défis majeurs du XXIe siècle à relever. Au cours des années à venir, ses conséquences se feront de plus en plus sentir dans le monde entier et dans différents domaines.

Avant d’aborder la question des impacts de ce phénomène, il convient tout d’abord de définir ce qu’est le climat et d’expliquer son évolution au cours du temps. Cette définition sera le thème de l’ouverture de ce colloque. Les nombreux outils-indicateurs mais aussi les différentes techniques de mesures, dont les scientifiques disposent pour étudier ce phénomène, seront présentés (carottes de glace, dendrochronologie, pollens, …). À la lumière de ces indicateurs, la notion de « dérèglement » climatique sera aussi soulevée.

Nous assistons à une accélération et une accentuation du phénomène de réchauffement climatique. Evoquer les premières découvertes et recherches scientifiques permettra de comprendre quels ont été les changements climatiques importants au cours de l’Histoire, et d’évaluer leurs impacts sur le patrimoine naturel.

Au cours des dernières décennies, les cycles naturels de notre planète ont « perdu leur rythme », bouleversant ainsi les équilibres fragiles de la biosphère et des écosystèmes : ce qui provoque l’inquiétude des scientifiques quant à la raréfaction, voire la disparition de certaines espèces, végétales ou animales.

Afin de rendre compte au mieux de ces constats faits par des scientifiques, sur le terrain, deux études de cas seront présentées : l’une traitant du bouleversement des cycles migratoires des oiseaux, l’autre exposant les conséquences des modifications climatiques sur la culture de la vigne.

Ces deux exemples permettront de mieux comprendre les impacts du changement climatique sur le patrimoine naturel, mais surtout de faire le point sur la situation actuelle et les prévisions possibles pour les années à venir.

Les intervenants :

Jean-Pierre Chabin

Agrégé de géographie, maître de conférences honoraire à l’université de Bourgogne, membre du Centre de recherches de climatologie (UMR CNRS 5610). Ancien directeur du département de géographie de l’université de Bourgogne (1998-2005) et ancien président de l’association inter-universitaire de l’Est (exercice 2000-2002).

Thème central de recherches : les relations homme-nature. Dans le cadre des activités de la chaire UNESCO « culture et tradition du vin » sise à Dijon depuis 2007, nombreuses interventions sur le thème climat et vigne. Autres domaines de recherches : désertification en Afrique du nord (en particulier thèse de doctorat), climatologie et environnement en Bourgogne, protection de l’environnement (forêt, réserves naturelles), conséquences du réchauffement climatique.

Romain Julliard

Après sa thèse de doctorat en Ecologie soutenue en  1996 portant sur l’étude de l’évolution du comportement de dispersion dans les populations d’oiseaux, Romain Julliard a poursuivi sa formation à l’Université d’Oslo par l’étude de la dynamique de populations de rongeurs et de poissons exploités. Maître de Conférences au Muséum national d’Histoire naturelle depuis 1999, sa carrière s’oriente vers la Biologie de la Conservation, une discipline qui s’intéresse au fonctionnement de la biodiversité en interaction avec la société et tente d’apporter un éclairage scientifique sur l’impact de l’homme sur la nature. Il pilote aujourd’hui le projet Vigie Nature du Muséum, un observatoire participatif de l’état de la biodiversité en France. Ces recherches portent plus précisément sur la macro-écologie des communautés dans le contexte de changements globaux et le développement d’indicateurs de biodiversité.

Julien Rastergard (modérateur)

Julien Rastegar exerce une double activité de médiateur et de journaliste scientifique. Après un master de chimie, il a commencé à travailler au Vaisseau –CCSTI basé à Strasbourg – avant d’intégrer le Master de Communication Scientifique de l’Université de Strasbourg.  Suite à son stage de fin détudes à France Info, sous la tutelle de Marie-Odile Monchicourt, il s’est tourné vers le journalisme scientifique. Pigiste pour la « Banque des Savoirs », site de vulgarisation scientifique, il anime également des cafés, conférences ou débats scientifiques. Parallèlement, il travaille en tant que médiateur scientifique à l’Espace Pierre Gilles de Gennes, lieu de culture scientifique de l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielle de Paris (ESPCI).

Françoise Vimeux

Françoise Vimeux est chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement, au Laboratoire HydroSciences Montpellier et au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement dans l’Essonne. Elle cherche à comprendre les mécanismes de la variabilité climatique dans les régions tropicales, à partir des enregistrements issus des carottes de glace dans les Andes Sud-Américaines et sur des échelles de temps allant du dernier maximum glaciaire il y a 20 000 ans à aujourd’hui. Elle s’intéresse aussi à mieux comprendre comment le régime des précipitations tropicales pourrait évoluer dans un climat plus chaud, en Amérique du Sud mais aussi en Afrique de l’Ouest.

Équipe organisatrice sous la direction de Matthieu SOURDEVAL : Claire BEAUVAIS, Audrey CHAUSSIDON, François CHEVALIER, Émeline CORMIER, Laure MÉGAS, Najat MAHMOUD, Arnaud TALIBART, Giliane VIDALIE

Leave a Comment